Home / All posts / (I) Une histoire de Faussaires

(I) Une histoire de Faussaires

Le 22 mai 2019, le tribunal de Mâcon rendait un jugement dans une affaire de véhicule de collection maquillé.
Dans son édition du 23 mai 2019, le journal de Saône et Loire titrait:

… et l’article qui suivait expliquait que l’audience avait duré plus de quatre heures et qu’après délibération, le propriétaire avait été condamné et l’intermédiaire relaxé.

Au cours des débats, un expert était venu exposer un remarquable rapport à la fois technique et historique dans lequel il était démontré minutieusement que la voiture était sortie des usines Chenard & Walcker après le 1er janvier 1905 et qu’elle était donc, à ce titre, non éligible au Rallye annuel du Londres-Brighton. Au surplus, il démontrait que la voiture avait été artificiellement vieillie.

Où était l’intérêt d’avoir maquillé une voiture de 1905 en voiture de 1904? C’est simple : il y a un véritable abîme entre la valeur d’un véhicule éligible au Rallye du Londres-Brighton et un véhicule non éligible.

Comment en est-on arrivé presque 10 années après les faits à une telle décision de justice?
Qui a maquillé la voiture? De quelle façon?
Qui était au courant? Qui ne l’était pas?
Comment, petit à petit, le pot-aux-roses a été découvert?
etc…

C’est ce que j’expliquerai, au fil des semaines à venir dans ce blog dédié tout entier à cette voiture qui bien que n’étant pas née avant 1905, n’en est pas moins une magnifique voiture.

JW

lA CHENARD DU LITIGE