Home / All posts / (XII) L’attestation FFVE arrive

(XII) L’attestation FFVE arrive

Le 24 novembre 2010, notre marchand nous adresse par email l’attestation de la FFVE.

Personnellement, je n’avais jamais vu d’attestation FFVE et n’avais qu’une vague idée de l’objet exact de ce document. Je savais qu’il était nécessaire pour obtenir une carte grise mais sans plus. Je ne savais pas notamment qu’une telle attestation pouvait permettre, à des personnes mal intentionnées, de refaire une virginité à une voiture déjà immatriculée. A l’époque je ne me suis donc pas étonné que la demande d’attestation fut faite par la SARL X sans mandat du propriétaire ni déclaration d’aucune sorte de celui-ci, le garage que je parrainais en l’occurrence.

Notre consultant-marchand nous avait seulement expliqué qu’il s’occuperait de tout pour que nous l’obtenions sans problème. Ce qu’il fit d’ailleurs très bien. Sauf qu’il ne voudra jamais nous la remettre, la carte grise.

Et ce n’est que bien plus tard que j’allais découvrir le pot aux roses. J’en reparlerai : la SARL avait fait faire la carte grise à son nom. Pourquoi ? En ce qui me concerne, encore à ce jour, je n’ai pas de réponse.

Pour l’heure, ce qui m’interpelait, c’est que le numéro de série de la Chenard & Walcker était passé de 950 (dans le contrat de vente) à 289 (dans l’attestation FFVE). Décidément, il y allait y avoir encore des questions à poser.

Oui, parce qu’en plus, il y avait bien un numéro de châssis : le 337. Bon, là il faut que j’arrête. Je vais vous donner mal à la tête (moi, c’est déjà fait).