Home / Tous les articles / XXI – Chenard & Walcker, le rapport de l’expert (8/8)

XXI – Chenard & Walcker, le rapport de l’expert (8/8)

« Synthèse »

Les questions qui avaient été posées à l’expert étaient les suivantes :

Les réponses furent :

  • non, la voiture ne peut avoir été construite en 1904 mais en 1905
  • non, la voiture n’est pas de type « G »
  • non, le numéro de châssis ne peut pas être « 950 » mais plus probablement « 337 »
  • oui, il est possible de retrouver trace de son histoire. La voiture faisait partie de la collection « Laporte ». Elle a été vendue lors d’une vente aux enchères le 4 octobre 1998.
  • l’expert a aussi répondu à la question de la valeur de la voiture mais c’est un sujet que je ne peux aborder à l’heure où j’écris ces lignes.

Ces questions et ces réponses visaient directement le marchand et le précédent propriétaires et les propos tenus conjointement par ces deux personnes.

Le marchand ne méritait pas ce titre puisqu’il avait acheté la voiture au précédent propriétaire après l’avoir vendue à JWA Classic. Il avait donc payé le propriétaire avec l’argent qu’il avait perçu en tant que marchand. Ceci est normalement répréhensible en droit français. On apprendra d’ailleurs par la suite qu’il n’avait versé que 75% de la somme perçue, qu’il avait réservé 12,5 % à un ami qui l’avait informé de l’existence du véhicule et avait gardé 12,5 % pour lui.

D’ailleurs, si l’expert nous a appris beaucoup de choses sur le véhicule, de notre côté, nous n’avions pas perdu notre temps et avions fait un certains nombre de découvertes dont je parlerai dans un prochain post.


(A suivre…)